La chaleur encore présente restera relativement modérée jusqu'à demain vendredi ou samedi selon les régions, avant de connaître une nouvelle poussée de fièvre les jours suivants par le sud, gagnant à nouveau de nombreuses régions, indique MeteoNews.

ChalumeauUn véritable "coup de chalumeau" est envisagé en fin de semaine prochaine. (©Pixabay)

Alors que la chaleur restera modérée ce jeudi et vendredi sur la France, MeteoNews indique dans un communiqué que la situation va changer à compter de samedi. Le thermomètre repartira en effet à la hausse avec autour de 30 degrés près du Val de Loire et déjà des pointes à 35/36 degrés en Provence.

#juillet 2022 s'annonce comme l'un des quatre + chauds depuis le début des relevés (1900). Les très fortes chaleurs, en atténuation cette semaine, pourraient concerner le sud-est dès la fin du #weekend, et un nouveau risque de #canicule n'est pas exclu.??https://t.co/y7UG70Lb3z pic.twitter.com/t86onqccBB

— La Chaîne Météo (@lachainemeteo) July 26, 2022

Dimanche, le seuil des 30 degrés sera atteint et dépassé sur les deux-tiers sud du pays. Les 35 degrés seront facilement dépassés sur l'arrière-pays méditerranéen, jusqu'à 37-38 degrés. Les 35 degrés remonteront le long du Rhône jusqu'à Lyon lundi d'une part, et du sud-ouest jusqu'au Pays nantais d'autre part. Il fera autour de 32-33 degrés dans la capitale. 

35 à 38 degrés mardi et mercredi dans le sud

Il fera encore plus chaud mardi et mercredi avec 35 à 38 degrés sur de nombreuses régions de la moitié sud jusqu'au quart nord-est et des pics à 40 degrés près de la Méditerranée.

Un possible "coup de chalumeau" samedi 6 août

« La fiabilité chute ensuite. Le thermomètre pourrait perdre quelques degrés jeudi avant un véritable "coup de chalumeau" envisagé en fin de semaine prochaine avec 35 degrés et plus sur une large moitié sud, plus de 40 degrés dans le sud-ouest, ceci pour le samedi 6 août. Bien sûr, à cette échéance, la prévision est susceptible d'évoluer de façon notable. Les modèles météo s'accordent plutôt bien à ce jour pour cet éventuel énième gros coup de chaud », précise MeteoNews.

Ces fortes chaleurs s'inscrivent dans un contexte extrêmement sec. Juillet 2022 pourrait ainsi devenir le mois de juillet le plus sec depuis 1958 a indiqué Météo France. 

Serge Zaka, agro-climatologue chez ITK, alerte sur cette sécheresse qui pourrait devenir « extrême » dans les prochains jours et avoir de sévères impacts sur la végétation. 

C'est désespérant. D'ici le 4 août, presque l'intégralité du pays pourrait connaître une sécheresse de classe "extrême" avec même un possible retour de la canicule. Les écosystèmes ont déjà mis un genou à terre. Ils mettront le 2ème. Les impacts pourrait être considérables ????. pic.twitter.com/KEVXtyj7JP

— Dr. Serge Zaka (Dr. Zarge) (@SergeZaka) July 26, 2022

Selon lui, la sécheresse de 2022 détrône celle de 1976 avec des indices d'humidité des sols records : « Il n'a jamais fait aussi sec depuis 1959 au moins !»

La sécheresse de 2022 détrône 1976 !??Canicule de 2022 largement plus intense que 1976??Indices d'humidité des sols records : il n'a JAMAIS fait aussi sec depuis 1959, au moins. Le déficit est national.Pour ceux qui dénient encore : la situation est dramatique, c'est un fait. pic.twitter.com/4CnO3BpGuD

— Dr. Serge Zaka (Dr. Zarge) (@SergeZaka) July 27, 2022

Ce jeudi, toute la France métropolitaine, à l'exception de Paris, des Hauts-de-Seine et de la Seine-Saint-Denis, était placée en alerte sécheresse à différents niveaux. « Nous avons ce jour 93 départements concernés par une restriction au-delà de la vigilance, sur au moins une partie du territoire : 9 en alerte, 38 en alerte renforcée et 46 en crise », indique le ministère de la Transition écologique.

Une large majorité des départements au sud d'une ligne allant du Calvados aux Alpes-Maritimes est en crise sécheresse. Les autres départements au sud de cette ligne sont en alerte renforcée, sauf les Côtes d'Armor, en alerte. Depuis mercredi, « on note le passage de la Haute-Vienne et des Hautes-Alpes en crise, les Yvelines sont passés en alerte et la Haute-Loire en alerte renforcée ».

Selon Météo-France, qui publie chaque mois des tendances pour les trois mois à venir, « le scénario "plus chaud que la normale" est le plus probable pour la France » pour la période d'août à octobre, avec une confiance « modérée » dans ce scénario.

« Un scénario "plus sec que la normale" est le plus probable sur une bonne partie centrale de l'Europe, depuis le quart nord-est de la France jusqu'à la Pologne et l'Ouest de l'Ukraine », mais « aucun scénario ne se dégage sur les autres régions françaises », fait savoir le service de météorologie.

Restez connectés pour suivre l'évolution de la situation météorologique dans les jours à venir ! 

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur :

Observatoire météo de Terre-net Média