En pleine floraison voire en fin de floraison, les tournesols adventices ou tournesols sauvages sont bien visibles dans les parcelles car ils sont plus hauts que la culture. Laurence Pauly nous rappelle les éléments clés pour les identifier et la marche à suivre en cas d'infestation.

Tournesol sauvageEn cas de forte infestation, le tournesol sauvage peut entraîner une baisse de rendement jusque - 50 %. (©Terres Inovia/Youtube)

Présent dans les principaux bassins de production, le tournesol sauvage est « une plante particulièrement nuisible, car il a un pouvoir invasif élevé. On estime qu'en 2 à 3 cycles de culture du tournesol, l'infestation d'une parcelle peut être totale si rien n'est fait », indique Laurence Pauly, ingénieur développement chez Terres Inovia.  

« En cas de forte infestation, la baisse de rendement peut aller jusque - 50 %. Et la teneur en acide oléïque peut également être réduite (jusque - 10 points). »

Mon tout premier ! Ce #tournesol mérite toute votre ??. Type sauvage, 2m voire plus, tige et pétioles souvent violacés Nuisibilité possible jusqu'à 50% de perte de rendement. Soyez sans pitié, détruisez les impérativement !! #sunflower #lgseeds pic.twitter.com/lGvJa1lhrM

— Marie MEYSSON (@MarieMeyss) July 21, 2022Comment reconnaître le tournesol sauvage ? 

Les tournesols sauvages sont repérables dans une parcelle, de par « leur hauteur importante (environ 2 m), par rapport aux tournesols cultivés (plutôt 1-1,2 m) ». Ils disposent également « d'un port buissonnant avec de très nombreux capitules, en général de petite taille et d'une couleur assez foncée au cœur : "anthocyanée, pourpre..." (très différente du tournesol cultivé, plutôt jaune). De plus, les tournesols sauvages ont des tiges plus rugueuses et une floraison échelonnée ».

À noter aussi : « la faculté d'égrenage du tournesol sauvage est beaucoup plus importante qu'une variété sélectionnée ». 

Attention à ne pas confondre avec le tournesol polyflore, qui lui est dû à « une perturbation au moment de l'initiation florale (comme une amplitude thermique importante par exemple). Celui-ci va générer des capitules secondaires, mais qui présentent les mêmes caractéristiques du tournesol cultivé ».

Quelles sont les actions à mener ? 

Une fois l'identification des tournesols sauvages faite, il convient « d'arracher les pieds concernés avant leur montée en graines. Si les graines sont déjà formées, cela demande plus de vigilance ». Laurence Polly conseille de s'équiper de sacs pour exporter les capitules en dehors de la parcelle.  

« Si le tournesol sauvage est sur le rang, cela veut dire qu'on est bien en présence d'une première contamination. Et il est important de contacter votre distributeur pour qu'il puisse remonter jusqu'au lot de semences et prévenir les autres acheteurs ».