Pour l'Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT), « la légère hausse des surfaces des pommes de terre de conservation (frais, industrie) démontre une dynamique positive, mais ne permet pas de compenser le recul des surfaces enregistré entre 2021 et 2020 ». Retrouvez le détail des surfaces par région.

Champ de pommes de terre« Les Hauts-de-France conservent leur rang de premier producteur de pommes de terre de conservation avec près de 63 % des surfaces françaises comptabilisées en 2022. » (©Terre-net Média)

Les emblavements en pommes de terre de conservation atteindraient 152 520 ha pour la campagne 2022, contre 151 040 ha l'an passé. Soit une hausse de 1 % (1 480 ha), selon l'étude de terrain réalisée par l'UNPT pour le compte du Comité national interprofessionnel de la pomme de terre (CNIPT).

« Cette dynamique positive reste, malgré tout, contenue, après le recul de surfaces de 3 % observé entre 2021 et 2020, signe que la hausse incontrôlée des charges, l’instabilité de marché sur certains segments et une climatologie délicate depuis plusieurs années ont certainement conduit à freiner les dynamiques initiales des producteurs pourtant prometteuses en 2022, souligne l'UNPT. En sera-t-il de même pour 2023 ? »

Le détail des surfaces 2022 par région

Les hausses de surfaces les plus importantes concernent les Hauts-de-France (Nord-Pas-de-Calais et Picardie) avec + 1 820 ha. Cela s'explique « par la très forte demande de l’industrie de transformation française et étrangère et de possibles transferts de surfaces initialement destinées à la pomme de terre "fécule" vers la pomme de terre "industrie" ». À l'inverse, la plus forte et notable baisse concerne la Champagne-Ardenne (- 700 ha), 2e région de production française. En cause : « les difficultés économiques rencontrées sur le marché de la pomme de terre destinée au "frais" ».

Surfaces des pommes de terre de conservation par régionPour cette enquête, 'UNPT a interrogé un panel de producteurs dans les principales régions de production (Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Centre-Val de Loire, Haute Normandie et Champagne-Ardenne) et s'est appuyé sur les estimations d’Agreste pour les autres régions. (©Panel UNPT-CNIPT 2022/Agreste)

Pour l'évaluation du rendement et de la production, l'UNPT précise qu'il faudra « suivre l’évolution des conditions météo, notamment les conséquences de l’épisode extrême de chaleur des 18 et 19 juillet, ainsi que les résultats des prélèvements en parcelles réalisés cet été ».

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur : Observatoire météo de Terre-net Média