Alors que le conseil des ministres de l’agriculture européens a discuté lundi dernier le rapport sur la réciprocité des normes, la FNSEA rappelle l’importance, et la possibilité, d’établir des clauses miroirs pour éviter l’importation de produits agricoles aux normes environnementales moins strictes qu’au sein de l’UE.

Si la présidence française de l’UE a fait des clauses miroirs un sujet de premier plan, la FNSEA rappelle l’importance d’aboutir sur cette question, alors que certains États-membres restent réticents sur le sujet.

Néanmoins, le rapport de la Commission européenne sur la réciprocité des normes « confirme que l'application de normes de réciprocité est juridiquement possible » et qu'il existe des « marges de manœuvre pour poursuivre l'application au cas par cas des exigences sanitaires et environnementales quant aux procédés et méthodes de production des produits importés d'une manière compatible avec les règles de l'OMC », souligne le syndicat.

Pour une alimentation sûre, saine et durable, « la politique commerciale européenne dans le domaine agricole et alimentaire doit corriger les distorsions de concurrence pour sauvegarder notre compétitivité », rappelle la FNSEA.

[#CP] L’exigence de réciprocité des normes à l’importation est possible et indispensable !Notre communiqué?? https://t.co/KNg8gmHLsW pic.twitter.com/kPlEaWtexD

— La FNSEA (@FNSEA) June 15, 2022