Lors de la remise des diplômes d'AgroParisTech, un groupe d'étudiants a lancé à appel "à déserter", remettant en cause leur diplôme. Une initiative qui fait réagir les acteurs du monde agricole.

Remise des diplômes AgroParisTech 2022Remise des diplômes AgroParisTech 2022. (©Des agros qui bifurquent)

« Nous sommes plusieurs à ne pas vouloir faire mine d'être fiers et méritants d'obtenir ce diplôme qui pousse globalement à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours. » Ainsi débutait l'appel lancé par un collectif d' étudiants d'AgroParisTech le 11 mai à l'occasion de la remise des diplômes de la promotion 2022. Le mot d'ordre était clair : appeler les étudiants à « bifurquer » et dénigrer le diplôme fraîchement obtenu. 

Si ce discours génère un large consensus sur les réseaux, certains agriculteurs et acteurs du monde agricole restent dubitatifs face à cette prise de position. 

Parmi les détracteurs, Gérard Rass, qui se présente comme écologue, doute que les nouveaux diplômés d'AgroParisTech soient fort utiles aux agriculteurs français. 

?? L’Etat finance (nos sous) les études des cadres du monde agricole pour qu’ils nuisent aux #agriculteurs Modèle ????de la non production agricole, où toute l’intelligentsia nous empêche de travailler Après ça on s’étonne qu’ #Agriculture #Alimentation s’effondrent #Farm2Fork

— Gérard Rass ?????? (@GerardRass) May 11, 2022

D'autres suggèrent d'ajouter davantage de formation terrain au cursus.

Ah oui j’oubliais presque : les révolutionnaires d’ #Agroparistech, venez bosser en Chambre d’agriculture de province, allez vous frotter aux systèmes raisonnés ici et ailleurs, venez voir ce qui se fait depuis les années 90 en Europe : vous bosserez plus et vous parlerez moins.

— Podgorny ???? ? ? (@Podgorny3) May 12, 2022

Ça doit être étrange de faire 3 ou 4 ans d'études, de passer le diplôme, l'obtenir, et te rendre compte que t'as fait de la merde (celon eux) Des années de vie perdue au lieu d'être zadiste ... c'est moche. Déjà dépressif a leur âge. https://t.co/cHqhQnz3JY

— Etienne Agri (@agrikol) May 12, 2022

Certains internautes préfèrent ironiser : 

Imagine, t’as fait des études de pâtisserie, et au discours de remise des diplômes tu viens expliquer que tu es contre le chocolat, le sucre et les desserts.

— Olivier Babeau (@OlivierBabeau) May 11, 2022

Nicolas V. critique quant à lui la radicalité du discours « à toujours mettre en scène les refus et les radicaux, notre espace médiatique crée une légitimité de fait à des postures extrêmes, irresponsables » et regrette que ces étudiants soient plus critiques que force de proposition pour l'avenir. 

Et ce qu’ils proposent, c’est juste un refus, un repli, des chèvres et une ferme apicole, après avoir fait 5 ans d’études, alors que le monde va super mal, et qu’ils font partie de ceux qui peuvent trouver des solutions ?

— Nicolas V. (@versac) May 11, 2022

D'anciens étudiants d'AgriParisTech se mobilisent pour affirmer leur soutien à l'école.

Ce matin, je mets mon masque @AgroParisTech parce que je suis très fier et heureux d'y avoir fait mes études. D'y avoir appris l'esprit de nuance et d'y avoir pris conscience de la complexité dès lors qu'on s'attaque aux problèmes du vivant et de l'humain ! #agroparistech pic.twitter.com/gDjteo3FC4

— Julien BOUFFARTIGUE (@BouffartigueJ) May 12, 2022

D'autres ingénieurs agronomes soulignent que certains profitent de leur diplôme pour s'engager dans la protection de l'environnement.  

J’ai une pensée aujourd’hui pour tous mes camarades de promo ingé agro qui ont choisi la protection de l’environnement comme cursus de spécialités et comme choix de carrière pro … iels doivent tousser devant une certaine vidéo qui les réduisent a des vendus a l’agro-industrie

— Yann Duroc ?? (@DurocYann) May 11, 2022

Nicolas Girod, porte parole national de la Confédération paysanne félicite l'intervention des jeunes ingénieurs.

https://t.co/H59EUm3NZD les futurs ingénieurs d @AgroParisTech posent des mots et des questions sur leur avenir. oui leur futur job est politique Oui la transition écologique nécessite une rupture avec le néo libéralisme : bravo. Nous voulons 1 million de paysans @ConfPaysanne

— Nicolas Girod (@NicolasGirod3) May 11, 2022

Marianne Coll, responsable des relations institutionnelles et politiques pour les filières d'élevage met leur prise de position sur le compte de la jeunesse :

Je ne crois pas qu’on peut leur reprocher une forme de « paresse » justement. Ils interrogent leur monde, de manière trop binaire et sans aucun recul sans doute. Mais c’est bien ça que je mets sur le compte de la jeunesse. Et moi ca ne m’inquiète pas. Je trouve même ca rassurant.

— Marine COLLI (@ColliMarine) May 11, 2022