David Caumette, un éleveur de vaches allaitantes dans le Tarn, qui a sauvé sa ferme grâce à une diversification pour le moins originale, dans le spectacle avec la création d'un cabaret ? Ça vous dit sans doute quelque chose, la rédaction comme de nombreux médias ayant relayé ce projet atypique, au point de donner lieu à un livre puis à un film de Jean-Pierre Améris qui sort aujourd'hui dans les salles, avec à l'affiche Guy Marchand, Michèle Bernier, Alban Ivanov et Sabrina Ouazani.

affiche film les folies fermieresLe film Les Folies fermières veut montrer « une agriculture positive », mettent en avant unanimement l'éleveur David Caumette, le réalisateur et les acteurs. (©Affiche du film Les Folies fermières)

Vous souvenez-vous de David Caumette, éleveur allaitant dans le Tarn, voulant à tout prix sauver de la faillite son exploitation, dans la famille depuis cinq générations ? Après la vente directe de viande et la création d'une ferme auberge, il diversifie son élevage de manière plus atypique : en 2015, il monte un cabaret, où sont servis pendant les représentations des produits des agriculteurs du coin. Une diversification qui conserve donc un lien étroit avec l'agriculture !

Et un pari au départ, surtout dans un petit village, aujourd'hui pleinement réussi ! Via le bouche-à-oreille et la médiatisation de ce projet original, le cabaret à la ferme joue à guichet fermé ou presque. Non seulement l'éleveur directeur de cabaret a pu pérenniser son exploitation, mais il s'épanouit pleinement dans ses deux professions. Tout en dynamisant la vie rurale locale, sur le plan social comme économique ! Un moyen aussi de communiquer sur l'agriculture et l'élevage auprès du grand public.

Pas étonnant alors que le parcours de David Caumette ait éveillé l'intérêt d'écrivains et de cinéastes. En 2019, le livre Les Folies fermières est publié aux Éditions du Rocher avant d'être adapté au cinéma avec le film Les Folies fermières, en salles dans toute la France à partir de mercredi 11 mai 2022.

Réalisateur et acteurs célèbres

Le héros, qui s'appelle également David, et l'intrigue sont assez fidèles à la version originale (à 70 % selon le principal intéressé, le reste étant romancé comme dans la plupart des adaptations), même si l'histoire se passe dans le Cantal dans un élevage de vaches laitières, pour lequel le réalisateur a eu un coup de cœur immédiat. Les exploitants, eux, sont ravis de voir ainsi mise en avant leur ferme, leur région et leur métier d'éleveur. Et d'avoir pu observer, de l'intérieur, le travail d'une équipe de tournage.

Découvrez le teaser posté sur la page Facebook Les Folies Fermières : Premier Cabaret à la Ferme de France :

À la réalisation : Jean-Pierre Améris, connu pour de nombreux films dont Profession du père, Une famille à louer, Les Émotifs anonymes, Maman est folle... Et pour les rôles principaux, des acteurs célèbres également, d'horizons différents : Alban Ivanov (David Caumette), Guy Marchand (son grand-père), Michèle Bernier (sa mère), Moussa Maaskri (son père), Bérengère Krief (sa femme), Sabrina Ouazani (la chorégraphe). Résultat : un bon moment en perspective avec cette comédie.

Voir la bande annonce :

Cliquer sur le curseur pour lancer la vidéo.

Écouter l'interview du réalisateur, Jean-Pierre Améris, ponctuée d'autres séquences du film :

Cliquer sur le curseur pour lancer la vidéo.« Les agriculteurs innovent pour s'en sortir »

Le réalisateur explique avoir entendu parler, pour la première fois, du jeune éleveur David Caumette en 2018 pendant qu'il tournait son téléfilm Illettré. « J'ai tout de suite su qu'il y avait quelque chose de merveilleux à raconter », relate-t-il. Trois semaines plus tard, il fait la connaissance de l'agriculteur et « l'aventure » commence. Jean-Pierre Améris passe du temps sur la ferme pour mieux comprendre le milieu agricole qu'il n'a jamais côtoyé et « les difficultés que David a dû affronter », notamment pour reprendre la ferme familiale contre l'avis de ses parents et grands-parents. C'est d'ailleurs ce qui a convaincu David Caumette de choisir sa proposition d'adaptation parmi les huit qu'il a reçues.

Un éloge à la tolérance et au courage.

Pour le réalisateur, tous les ingrédients de « la comédie humaine » inspirée de la vraie vie, comme il aime les mettre en scène, étaient présents. En particulier grâce à « la rencontre de deux mondes, l'agriculture et le spectacle, que tout oppose et victimes, l'un comme l'autre, de beaucoup d'idées reçues, chacun en ayant d'ailleurs envers le domaine qu'il découvre et qui lui est peu familier. « C'est un éloge au collectif, à la tolérance et au courage des rêveurs (ayant quand même le sens des réalités) qui  ne lâchent rien, conclut le réalisateur. De la fantaisie contre le désespoir » qui touche tant d'agriculteurs mais pousse David Caumette à jouer le tout pour le tout, au risque de ne pas être pris au sérieux. Certains voisins, et même son grand-père, craignant que le cabaret ne vienne troubler la quiétude de la campagne, le traitent de « fou » .

Quant à l'acteur qui interprète le producteur bovin, Alban Ivanov, il est content de « mettre son art au service de la défense du monde agricole », a-t-il confié à nos confrères de TF1. Les Folies fermières est donc un film résolument optimiste comme l'agriculture, et particulièrement l'élevage, en ont bien besoin. « Il montre que les agriculteurs sont capables d'innover et peuvent ainsi s'en sortir », appuie l'éleveur qui,  en tant que consultant, a pu donner son avis sur le scénario et assister, ému, à une partie du tournage. Ce dernier pourrait voir les réservations de son cabaret augmenter encore davantage qu'après les reportages télé et le livre lui ayant été consacré. Pour autant, il assure « garder les pieds sur terre », dans la terre, comme tous les paysans.

David Caumette est venu présenter le film et raconter à nouveau son histoire dans plusieurs médias ces derniers jours :

Il en a profité pour échanger avec les journalistes sur les difficultés du monde agricole : les prix bas des productions et élevés des intrants, le manque de revenu, les aléas climatiques comme le gel et la sécheresse...