Le centre interprofessionnel laitier de l'Ouest (Cilouest) alerte les politiques publiques quant à l'augmentation des charges dans les élevages et chez les transformateurs.

Lait bouilliComme le lait bouilli, les producteurs et leurs représentants s'échauffent face à la flambée des charges ! (©cc)

Dans un communiqué de presse, les membres de l’interprofession laitière de l’Ouest (Bretagne - Pays de la Loire) alertent : « Il est primordial de rééquilibrer l’équation laitière entre les charges et la valorisation des produits conformément à l’esprit de la loi Egalim 2. »

Des charges qui explosent en élevage...

« Le coût de l’aliment a progressé de + 10,1 % sur un an, les prix des engrais et amendements ont flambé de 79,6 % par rapport à octobre 2020, l’énergie a augmenté de 33,8 % », liste le conseil d'administration. En effet, les charges flambent dans les élevages laitiers : « En octobre 2021, cette augmentation des charges correspond à une hausse de 33,50 €/1 000 litres par rapport à octobre 2020. »

En face, l'augmentation du prix du lait ne vient pas couvrir ces coûts. « La marge se dégrade de 8 €/1 000 l par rapport à octobre 2020 », constate le Cilouest très inquiet. Si d'une part, la production ralentit dans l'Ouest, le nombre de fermes laitières y diminue plus rapidement qu'au niveau national d'autre part : l'interprofession compte une baisse de - 4,11 % contre -3,8 % pour la France sur les 11 premiers mois de l’année.

Ou comment préparer les agriculteurs à ne pas les payer plus parce que...bah oui mais nos charges augmentent alors on a pas le choix. Comme d'habitude on sera la variables d'ajustement ????@prixdulait

— Cornil D ???????? (@farmers3b) January 8, 2022... et chez les transformateurs aussi

Cette flambée des charges touche aussi les transformateurs. En se basant sur les données Insee, le Cilouest liste des hausses de prix sur les emballages carton (+ 12 % en un an au 30 novembre 2021), l’emballage plastique (+ 7,5 %) et l’énergie (+ 45 %).

« Cette situation engendre des difficultés de trésorerie pour certains opérateurs. Des difficultés d’approvisionnement sur certains matériaux sont également remontées. » L'interprofession ajoute par ailleurs : « Pour les transformateurs, cette baisse de production combinée à la hausse des charges pourrait les conduire à arbitrer certaines fabrications ou marchés. »