Dans ses projections de l’offre et de la demande mondiale en céréales, le Conseil international des céréales s’attend à ce que des records de production s’enchaînent dans les cinq années à venir. De quoi tout juste satisfaire une demande croissante sans consolider les stocks. Ce contexte pourrait alors être un élément de soutien des prix.

De nouveaux records de production de céréales pourraient s'enchaîner dans les prochaines années, selon le Conseil international des céréales.De nouveaux records de production de céréales pourraient s'enchaîner dans les prochaines années, selon le Conseil international des céréales. (©Terre-net Média)

« Si la croissance des rendements moyens correspond aux tendances récentes et en supposant des conditions météorologiques normales, la production mondiale de céréales devrait atteindre des records successifs au cours des cinq prochaines années jusqu'en 2025-2026, selon le Conseil international des céréales dans ses projections sur 5 ans de l'offre et de la demande pour les principales céréales. Cela devrait suffire pour suivre le rythme de la croissance de la demande mondiale, mais ne permettra que peu de reconstitution des stocks, le rapport entre les stocks de céréales totaux et leur utilisation se resserrant un peu. »

Considérant que les productivités des pays producteurs et la facilitation des échanges internationaux seront les clefs de voute des bilans mondiaux des grains pour 2025-2026, le CIC estime que « les perspectives d'offre et de demande mondiales de maïs restent relativement serrées ». « La réduction des stocks de maïs devrait se ralentir par rapport aux campagnes récentes. »

« En comparaison, les bilans mondiaux pour les autres céréales seraient relativement plus confortables, avec une nouvelle accumulation de stocks de blé projetée vers de nouveaux sommets, principalement en Chine et en Inde. »

« Le commerce international des céréales devrait croître à un taux moyen de 2 % par an, en raison de la hausse des exportations de blé et de maïs. Alors que cette croissance annuelle devrait être plus lente que les cinq dernières années, les besoins d'aliments pour animaux seront le facteur essentiel de la croissance des exportations de maïs, la Chine étant un acheteur régulier de volumes importants. L'expansion des importations de blé de catégorie meunière, est à l'origine d'une grande partie de la croissance du commerce mondiale du blé. »

Projections de production et de surfaces de céréales dans le monde

Projections de production mondiale (en millions de tonnes) et de surfaces (en millions d'hectares) de céréales.Projections de production mondiale (en millions de tonnes) et de surfaces (en millions d'hectares) de céréales. Source : CIC

Probable offre européenne de colza « restreinte  »

« Pour le soja, la production mondiale devrait également atteindre des pics successifs à moyen terme, mais avec une croissance susceptible de ralentir après une augmentation initialement solide en 2021/22. Les marchés d'Asie et des Amériques continueront de façonner le modèle de la demande de tourteaux de soja au cours des cinq prochaines années, les secteurs alimentaire et industriel devant également contribuer à la croissance de l'utilisation d'huile de soja. Une modeste tendance à la hausse des stocks mondiaux est prévue, liée aux gains de productivité des principaux pays exportateurs. »

Le commerce mondial du soja devrait continuer de croître mais à un rythme plus lent que par le passé, la part de la Chine dans le total mondial des importations resterait à environ 60 %. D'autres acheteurs en Asie devraient croitre également, tandis que l'UE resterait un marché important compte tenu d’une probable offre locale restreinte en colza. Le Brésil, quant à lui, confirmera sa place de principal fournisseur mondial de soja. »

À noter par ailleurs que « la production mondiale de riz devrait également augmenter au cours des cinq prochaines années. » Une hausse envisagée par l’amélioration des rendements et non une croissance – jugée « limitée » - des surfaces. Les besoins pour la céréale principalement produite en Asie seront aussi à la hausse, boostés par la croissance démographique du continent.