Utilisez les effluents d'élevage avant de penser aux engrais minéraux et votre porte-monnaie vous le rendra ! Pour le maïs, ils comblent quasiment tous les besoins. À condition de les épandre au bon moment !

Fumier au champLes fumiers doivent être apportés environ deux mois avant le semis de maïs pour que l'azote soit disponible au bon moment pour la culture. (©Terre-net Média)

« Les besoins du maïs peuvent être comblés jusqu'à 80 % par les engrais de ferme » : c'est ce qu'affirment les experts d'Arvalis. Mais il faut pour cela les apporter au bon moment... Dans l'ordre, voici un aperçu de la vitesse de minéralisation des différents effluents :

- Lisiers et fientes ou fumiers de volailles : 30 à 80 % de l’azote organique apporté est minéralisé au cours des premiers mois, voire des premières semaines. Ils devront donc être apportés au plus près du semis (mais si possible de façon enfouie pour les lisiers de porcs ou de volailles pour limiter les pertes).

- Les fumiers de bovin : entre 20 et 40 % de l’azote organique apporté se minéralise progressivement au cours de la campagne suivant l’apport. Ils devront ainsi être apportés 1,5 à 2 mois avant l'implantation du maïs pour couvrir les besoins importants du maïs à 8-10 feuilles.

- Les composts de déchets verts ou les fumiers maturés (de plus de 12 mois) : seul 5 à 10 % de leur azote organique est libéré au cours de la première année.

Et si les épandages se sont avérés compliqués ces derniers temps à cause de la météo (comme en témoigne Antoine sur Twitter), de votre côté : quand et quel type d'apport prévoyez-vous ? Dites-nous en commentaires !

Et au dernier épandeur ??Zut, flûte, sac à papier ! pic.twitter.com/9o4Wol64Te

— Antoine Thibault (@AgriSkippy) February 18, 2021