Après avoir participé au contenu du plan de relance, l’APCA entend désormais accompagner les agriculteurs, dès les cours de ferme, pour utiliser au mieux les mesures qui se déploient et accélérer les changements de pratiques, dans un contexte économique difficile pour beaucoup d’agriculteurs.

Christophe Hillairet et Sébastien Windsor ont présenté le 6 janvier les axes d'action de l'APCA pour 2021, notamment l'accompagnement des agriculteurs dans le cadre du plan de relance.Christophe Hillairet et Sébastien Windsor ont présenté le 6 janvier les axes d'action de l'APCA pour 2021, notamment l'accompagnement des agriculteurs dans le cadre du plan de relance. (©APCA)

Annoncé en septembre, le plan de relance pour l’agriculture est en cours de déploiement mesure par mesure. « On va devoir passer à l’étape où les chambres d’agriculture sont dans la cour de ferme de chaque agriculteur pour aider à utiliser ce plan de relance », a expliqué Sébastien Windsor, président de l’APCA, le 6 janvier.

Les chambres d’agriculture se sont ainsi engagées à diffuser l’information autour du plan de relance. « On a travaillé autour de plusieurs aspects, un guide synthétique est en cours de réalisation pour aider les agriculteurs à trouver les bonnes réponses dans le cadre du plan de relance », précise Christophe Hillairet, secrétaire général. L’APCA va également faire appel à des volontaires en service civique pour recruter, dans chaque chambre départementale, deux à trois personnes en charge d'organiser des réunions d’information auprès des exploitants.  

Accompagnement à la transition

« L’occasion du plan de relance ne se représentera pas à nouveau, on se doit d’utiliser cet argent au mieux », ajoute le président de l’APCA. Pour accompagner au mieux les agriculteurs dans la réponse aux appels à projet notamment, les chambres d’agriculture ambitionnent de former 500 conseillers pour avoir « dans chaque région, sur chaque ligne du plan, un collaborateur formé », indique Sébastien Windsor.  

Le plan de relance doit ainsi être l’occasion d’accompagner le plus d’agriculteurs dans le changement de pratiques, après une année à nouveau difficile, notamment pour les zones à faible potentiel. Un changement pour des pratiques environnementales plus vertueuses, mais également créatrices de valeur ajoutée. À l’image du diagnostic carbone, une mesure qui sera ouverte à partir de fin janvier. « Demain, l’idée est de se mettre sur le marché du carbone pour vendre ces tonnes que l’agriculteur pourrait séquestrer », tout en permettant aussi aux entreprises françaises d’acheter du carbone local.

Sur le sujet du local, les chambres espèrent aussi développer davantage, en 2021, l’accompagnement des projets de filières à l’échelle des territoires et vise 400 dossiers (contre 150 en 2019).

Directive nitrates, future Pac

L’accompagnement sera également nécessaire dans le cadre de la séparation du conseil et de la vente. « Il faut le faire à un coût raisonnable pour l’agriculteur, mais avec une efficacité maximale », explique Sébastien Windsor. L’APCA a formé 300 collaborateurs sur cette thématique, mais pour que les agriculteurs puissent financer ce conseil alors qu’ils n’en ont aujourd’hui pas les moyens, « il y aura besoin de trouver des financements », ajoute le président de l’APCA.

La directive nitrates sera également sur la table en 2021, tout comme le financement des changements de pratiques induits par la directive, mais les chambres d’agriculture seront avant cela vigilantes pour éviter « le classement à tout va en zone vulnérable ».

Enfin, la Pac doit également constituer un levier d’accompagnement. « On travaille à l’écriture d’une mesure de transition : réfléchir à un projet, un changement qui va générer du revenu et de l’emploi, entraine une prise de risque et un besoin d’investir, difficile dans une situation où l’agriculteur n’a plus de revenu », explique Sébastien Windsor. « On aimerait dans la Pac une mesure de transition pour accompagner massivement les agriculteurs dans leur propre projet, en améliorant la situation économique et environnementale », poursuit-il, précisant que cette mesure sera présentée au ministère « dès la semaine prochaine ».

[Conf. presse vœux #ChambAgri] #PAC ??Nous travaillons à la mise en place d’une mesure de transition pour accompagner les changements de pratique et la prise de risque sur les premières annéesInfos sur la PAC?? https://t.co/e4fRguxHwG pic.twitter.com/sHRIaSD2sa

— APCA (@ChambagriFrance) January 6, 2021