Prendre un apprenti à la place d'un salarié, pour des questions de coût et de charge de travail inférieure à un temps plein, y avez-vous pensé, vous agriculteur ? Et vous jeunes en formation agricole, pour vous former différemment au métier d'agriculteur ou de salarié agricole ? Coût, contrat, avantages... la rédaction fait le point pour vous.

un agriculteur et son stagiaire ou apprenti L'apprentissage permet aux agriculteurs de former un jeune au fonctionnement et aux méthodes de travail de leur exploitation pour un coût inférieur à un salarié classique. (©Budimir Jevtic, Fotolia)

Qu'est-ce que l'apprentissage ?
  • Une formation théorique et pratique en alternance

Un planning s'adaptant aux besoins des exploitations.

C'est une formation en alternance, généralement une semaine sur deux, au centre de formation d'apprentis (CFA) et dans l'entreprise. Mais ce rythme peut varier au cours de l'année, avec une période plus longue à l'école au début pour acquérir un bagage de connaissances et inversement, plus tard, pour faire face aux pics de travail saisonniers des productions agricoles. « Nous adaptons notre planning aux spécificités des formations et aux besoins des exploitations », insiste Nicolas Caudal, directeur CFA Hauts-de-France.

L'apprentissage associe apports théoriques et pratiques, y compris en CFA et sur le terrain. D'ailleurs, les formateurs sont souvent d'anciens professionnels ou sont même encore en activité. Les formations par apprentissage ne durent ni plus ni moins de temps que leur équivalent classique. « Les diplômes sont les mêmes et sont reconnus au même niveau. La spécificité est qu'ils sont préparés 50 % en entreprise et 50 % (et pas 100 %) à l'école.  »

Beaucoup de formateurs sont des professionnels.

  • Avec un contrat de travail

Tous les apprentis ont un contrat d'apprentissage, qui n'est autre qu'un contrat de travail. La particularité : il s'agit d'un CDD (contrat à durée indéterminée) couvrant exactement le temps de formation, par exemple deux ans pour un BTS. Cela signifie qu'ils sont salariés de l'entreprise qui les accueille et doivent respecter notamment les horaires de travail. En général, ils relèvent du régime des 35 h et bénéficient de cinq semaines de congés payés, qui remplacent le traditionnel calendrier scolaire et qui doivent être prises sur les périodes passées en entreprise. 

Quel est son coût ?
  • Un salaire pour l'apprenti

> Comme les apprentis sont des salariés, ils perçoivent un salaire, un pourcentage du Smic selon :

- l'âge

- le niveau de formation initiale

- le diplôme final visé

- l'année d'apprentissage.

> Ainsi, si le jeune a moins de 18 ans, il touchera autour :

- de 30 % du Smic en N (≈ 650 € brut)

- 40 % en N+1 (≈ 770 € brut)

- 50-55 % en N+3 (≈ 1 000 € brut)

  • Une charge pour l'entreprise, mais aussi une aide

Les entreprises ont droit à l'aide unique à l'embauche d'un contrat d'apprentissage pour toutes les formations pré-Bac, ce qui diminue les charges patronales.

Quels avantages ?
  • Pour les agriculteurs

Former dès le départ un jeune au fonctionnement, à l'organisation et aux méthodes de travail de son exploitation pour un coût inférieur à un salarié classique.

  • Pour les jeunes

Se former au sein du monde professionnel tout en renforçant ses connaissances théoriques et en obtenant un diplôme reconnu par l'État.

Où suivre sa formation par apprentissage ?

Des CFA (centres de formation d'apprentis) existent dans toutes les régions et départements, et chacun possède une ou plusieurs spécialités même s'ils dispensent presque tous des enseignements généraux sur l'agriculture.

Quand commence-t-elle et comment s'inscrire  ?

Si elle peut débuter n'importe quand, deux périodes privilégiées émergent : septembre et février-mars. À savoir : il est possible de commencer à travailler sur l'exploitation avant la rentrée au CFA et inversement, de venir en formation sans avoir encore de contrat d'apprentissage. « Dans ce cas, nous pouvons accompagner ceux qui le désirent dans leur recherche d'entreprise pendant trois mois », précise le directeur.

Pour s'inscrire, il suffit de contacter le CFA qui propose la formation voulue. Celui-ci étudie ensuite avec l'apprenti son projet pour vérifier qu'il connaît bien les atouts et les contraintes du métier et de la formation. Il l'aide à rédiger son CV et sa lettre de motivation, à préparer l'entretien d'embauche, à trouver l'entreprise.