L'élevage est bien souvent montré du doigt pour sa consommation de soja et sa contribution à la déforestation. Est-ce à juste titre ? « Oui, mais la tendance évolue » affirme, preuves à l'appui, le site Decodagri.

Vache laitière à l'augeBien qu'elles sont estimées encore trop élevées par certaines ONG, les quantités de soja importées pour l'alimentation animale continuent de baisser. Les éleveurs trouvent d'autres alternatives. (©Terre-net Média)

On estime à 2,4 millions de tonnes la quantité de tourteaux de soja importée en France pour l'élevage (chiffres Eurostat de 2018, avec un total de 26 millions de tonnes importées par l'UE).

« Selon le WWF, la France contribue à déboiser potentiellement 5,1 millions d'hectares chaque année à l'étranger, à travers les seules importations de sept matières premières (soja, huile de palme, cacao, cuir...) », rapportait récemment nos confrères de l'AFP. D'où les critiques des ONG sur l'élevage...

Pourtant, bien des actions sont menées dans l'hexagone. Le site de décryptage agricole DecodAgri révélait récemment que « la consommation baisse depuis près de 15 ans (- 40 % entre 2005 et 2018) », et que « les instituts techniques agricoles étudient les moyens de diminuer encore son utilisation, voire de s’en passer grâce à des productions locales comme le colza ou les légumineuses. »

Parmi les solutions les plus retenues : remplacer le tourteau de soja par du colza, d'autant plus qu'économiquement ça s'avère intéressant. D'autres alternatives existent également comme : les dérobées, l'ensilage d'herbe, la féverole toastée, etc. Par ailleurs, la culture de soja français se développe de son côté également. De quoi faire diminuer encore les quantités importées...